Un Noël en fanfare, parce qu’il nous reste encore le beau, le sublime et notre civilisation – Résistance Républicaine

En ces temps troublés, en ces temps où l’Occident court à sa perte à vitesse hypersonique, jetant à la poubelle toutes les valeurs qui ont fait sa force, il est bon de temps en temps de penser de façon positive et la période de Noël est idéale pour cela. En fait le politiquement correct impose de dire « période de fêtes », Noël étant, pour certains, un mot grossier ! Ceci étant dit et sans transition, je commence cet article par la Danse allemande numéro 3 de Mozart, appelée aussi « la promenade en traîneau » :

Restons sur notre traîneau avec Leroy Anderson :

Le matin du 25 décembre, les enfants trouvent des jouets au pied du sapin, justement voici la Symphonie des jouets de Léopold Mozart :

Un peu plus sérieux avec cet Hallelujah de Haendel ! (Remarquez le public qui se lève !)

Il est difficile de passer à côté de l‘enfant au tambour, non pas celui de Nana Mouskouri, mais de Jairo :

Ne soyez pas effrayés s’il y a beaucoup de liens dans cet article, mais Noël n’est-il pas un moment de partage ? Donc, très peu de bla-bla cette fois, mais de la musique, de la beauté et du bonheur, on poursuit avec ce flash mob au pied de la monumentale et magnifique cathédrale de Cologne, O come all ye Faithfull :

Pour le reste de l’article nous allons prendre l’avion (Non ! Mais si…) pour nous rendre à Salt Lake City, capitale de l’Utah et surtout siège mondial de « L’église des saints des derniers jours », plus connus sous le nom de Mormons. Et avec les Mormons, on voit les choses en grand : une chorale et un orchestre gigantesques, une salle de concert Le Tabernacle qui ne l’est pas moins avec un orgue monumental comportant très exactement 11 623 tuyaux. Regardez la taille de certains eux entre par rapport aux chanteurs. Mais ce qu’ils font est spectaculaire !

On retrouve d’abord O come all ye Faithfull :

L’enfant au tambour, devenu Little drummer boy ou Carol of the drum :

Toujours les mêmes avec Joy to the World :

Impossible d’éviter l’incontournable Jingle Bells :

Suivi du non moins célèbre We Wish You a Merry Christmas :

On termine avec Silent Night, la pureté des voix féminines est ahurissante !

Alors, de chez moi je vous souhaite un joyeux Noël !

Bon mes chats veulent s’y mettre aussi !

 

Une petite pépite pour terminer

La chanson d’Olympia, extraite des Contes d’Hofmann un opéra fantastique, dernière œuvre de Jacques Offenbach. Olympia est une poupée grandeur nature créée par le savant Coppélius et qui peut chanter, mais il faut parfois remonter le mécanisme ! Elle paraît tellement humaine qu’Hoffmann en tombe amoureux, jusqu’à ce qu’Olympia se brise en plusieurs morceaux. Le malheureux Hoffmann doit faire face aux quolibets de son entourage. La prestation de la chanteuse est remarquable.

La chanson d’Olympia

J’en profite pour vous souhaiter une bonne année 2023 (oui, je sais c’est dur) et surtout n’oubliez pas le 31 décembre les vœux de-qui-vous-savez, c’est idiot je ne serai pas là, mince alors ! Mais vous pouvez aussi profiter du concert du Nouvel An à Vienne, l’orchestre sera dirigé par le chef autrichien Franz Welser-Möst. Ce sera sa troisième participation à cette institution qu’est le concert du Nouvel An ! Je le regarde tous les ans…sauf le premier janvier 2022, tous ces spectateurs avec la muselière sur la tronche, quelle horreur ! J’ai par contre visionné celui de 2021 sans public ! Donc je n’ai pas acheté le DVD, contrairement à mon habitude.

Filoxe

 

 

 

 

 

 

 

 798 total views,  50 views today

image_pdf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *