Léa Salamé, très cash : La journaliste fait la liste de tous ses complexes


Par Laura D’Angelo


– Publié le 07 Mar 2023 à 08:30

Léa Salamé s’est confiée à coeur ouvert sur ses complexes physiques. Et la journaliste n’a pas peur d’en faire une très longue liste.

En quelques années, Léa Salamé a réussi à se faire une place de choix dans le monde du journalisme français. En effet, celle qui officie chez France Inter tous les matins et sur France 2, notamment avec Quelle époque ! et les émissions politiques, est toujours très cash quand il s’agit d’évoquer sa carrière. En effet, l’animatrice n’hésite pas à évoquer sa relation tendue avec Laurent Ruquier ou encore à se confier sur son histoire d’amour avec Raphaël Glucksmann. Pour nos confrères de Marie France, l’acolyte de Christophe Dechavanne a dévoilé sa façon de se voir physiquement. En effet, elle a fait une longue liste des complexes dont elle souffre.

Léa Salamé : « J’étais blessée d’être comparée aux beautés blondes aux yeux clairs… »

Si elle indique avoir du mal à accepter ses dents de devant, Léa Salamé va plus loin : « J’ai appris à être à l’aise avec ma gueule, mon corps. J’ai les dents en avant, le nez un peu long, des kilos en trop. Je l’accepte« , a-t-elle expliqué. Malgré tous ses complexes, la journaliste s’accepte comme elle est. « Lorsque j’ai commencé sur Public Sénat, je n’avais pas la gueule de l’emploi. J’étais blessée d’être comparée aux beautés blondes aux yeux clairs… Mais j’ai préféré suivre l’adage de Jean Cocteau : ‘Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toi.’ C’est pour cette différence qu’on m’a donné ma chance« , lance-t-elle.

Léa Salamé s’est alors remémoré une phrase symbolique qui l’a marquée lorsqu’elle était enfant : « Lorsque ma mère m’a emmenée, petite, chez l’orthodontiste, il a rétorqué que mon sourire ferait mon charme… Il avait raison« . Ce n’est pas la première fois que la journaliste se confie sur son physique. En effet, l’animatrice de France 2 avait déjà évoqué ses complexes. « Je reste persuadée qu’il faut cultiver sa différence, sa petite musique, sa singularité. On en a marre du conformisme, et ça j’ai mis du temps à le comprendre. Quand j’avais votre âge, j’ai commencé à la télé à Public Sénat et je me disais mais pourquoi je ne ressemble pas aux autres, pourquoi je ne fais pas française comme les autres, pourquoi je n’ai pas les yeux bleus, pourquoi je ne suis pas plus lisse, plus calibrée, plus formatée pour la télé« .

La journaliste a mis du temps à s’accepter

Désormais, la journaliste s’assume comme elle est. Ce qui n’a pas été chose aisée.  « J’avais le sentiment d’être différente et je me suis employée pendant mes premières années professionnelles à gommer ces différences, à gommer mes aspérités, mon orientalité, mes rondeur. C’était une erreur.« 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *